Grossir le texte
Réduire le texte
Changer le contraste
Imprimer
Retour en haut de page
Logo MDPH10

Maison Départementale
des Personnes Handicapées de l'Aube

Vous êtes ici : Accueil > Outils > Foire aux questions

 Allocations : A.E.E.H., A.A.H., compléments, …

Retrouvez dans cette rubrique les questions les plus souvent posées à l’équipe de la M.D.P.H. 10 sur les allocations.


Allocation d’Education de l’Enfant Handicapé (A.E.E.H.)
et ses compléments

A quoi sert l’A.E.E.H. ?

L’A.E.E.H. sert à soutenir les personnes qui assurent la charge d’un enfant en situation de handicap. Elle n’est pas soumise à condition de ressources. Cette allocation est attribuée par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (C.D.A.P.H.) et versée par l’organisme de prestations familiales.

Pour connaître le montant de l’A.E.E.H., consultez la fiche montant prestations

En savoir plus sur les conditions d’attribution de l’A.E.E.H.

Qu’est-ce que le complément d’A.E.E.H. ? Y ai-je droit ?

Le complément d’A.E.E.H. est une majoration de l’allocation de base. Il existe 6 compléments. Le classement dans l’une des 6 catégories est effectué par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (C.D.A.P.H.). Le complément prend en compte :

  • le recours à une tierce personne au regard de la nature et de la gravité du handicap de l’enfant
  • et/ou la réduction, ou la renonciation, de l’activité professionnelle du ou des parents, sur présentation de justificatifs
  • et/ou le recours à des dépenses particulièrement coûteuses (aides techniques pour la toilette, déplacements, ...).

Pour connaître les montants des complément d’A.E.E.H., consultez la fiche montant prestations

En savoir plus sur les conditions d’attribution des compléments d’A.E.E.H.

Peut-on régler les consultations de psychologue ou psychomotricien en cabinets privés avec l’A.E.E.H. ?

Oui, l’A.E.E.H. peut servir à régler les honoraires du psychologue ou psychomotricien à condition de présenter une prescription d’un spécialiste.


Allocation aux Adultes Handicapés (A.A.H.)
et complément de ressources

Quelles sont les conditions pour avoir l’A.A.H. ?

Pour ouvrir droit à l’A.A.H. il faut être âgé de 20 ans et plus (ou à partir de 16 ans pour les jeunes entrant dans le monde du travail).

De plus, il faut présenter un taux d’incapacité supérieur ou égal à 80 % ou un taux compris entre 50 et 79 % et être reconnu dans l’impossibilité de se procurer un emploi par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (C.D.A.P.H.).

En savoir plus sur l’A.A.H.

Puis-je toujours travailler avec l’A.A.H. ?

Oui, il est possible, sous certaines conditions de cumuler l’A.A.H. avec sa rémunération.

En effet, il sera pris en compte le montant du revenu d’activité et le milieu de travail.

En savoir plus sur l’A.A.H.

Qui verse l’A.A.H. ? Qui transmet la décision pour le paiement ?

C’est l’organisme de prestations familiales (C.A.F., M.S.A., ...) qui se charge du paiement de l’A.A.H. après vérification des conditions de ressources.

C’est la maison départementale des personnes handicapées (M.D.P.H.) qui se charge d’envoyer les notifications de décision à l’organisme de prestations familiales de référence.

L’A.A.H. m’a été accordée mais la C.A.F. ne me la verse pas, pourquoi ?

Le montant de l’A.A.H. est calculé en prenant en compte vos ressources. Par conséquent, si le paiement de votre A.A.H. ne s’effectue pas, il est possible que vos ressources dépassent le plafond de l’organisme de prestations familiales (C.A.F., M.S.A., ...). En effet, la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (C.D.A.P.H.), organisme décisionnaire, statue sur l’ouverture du droit à l’A.A.H.. C’est l’organisme de prestations familiales de référence qui vérifie les conditions de ressources.

En savoir plus sur les plafonds de ressources de la C.A.F .de l’Aube

Je perçois l’A.A.H., que se passe-t-il si je retravaille ?

Si vous retravaillez vous devez avertir l’organisme de prestations familiales de cette reprise d’activité afin de permettre un nouveau calcul de vos droits.

En savoir plus sur le calcul de vos droits par la C.A.F. de l’Aube

Pourquoi ma demande d’A.A.H. a été rejetée alors que je ne peux pas travailler ?

L’A.A.H. vous a été refusée car vous ne remplissez pas les conditions d’attribution requises.

En savoir plus sur les conditions d’attribution de l’A.A.H.

Quels sont les avantages connexes de l’A.A.H. ?

Si elle est perçue à taux plein, l’A.A.H. permet :

  • une affiliation gratuite et automatique au régime général de l’assurance maladie et maternité,
  • une exonération de la taxe d’habitation et de la redevance audiovisuelle,
  • une exonération de la taxe foncière (sous certaines conditions),
  • une exonération de l’impôt sur le revenu,
  • une réduction sociale téléphonique.

J’ai plus de 60 ans, vais-je toujours bénéficier de mon A.A.H. ?

Oui, après 60 ans vous pouvez conserver le bénéfice de l’A.A.H. mais seulement en cas d’incapacité d’au moins 80 %. Une A.A.H. différentielle (allocation mensuelle réduite) peut être versée en complément d’une retraite inférieure au minimum vieillesse. En revanche l’A.A.H. n’est plus versée à partir de 60 ans en cas d’incapacité de 50 à 79 %. A cet âge, les bénéficiaires basculent dans le régime de retraite pour inaptitude.

Est-il obligatoire d’être bénéficiaire d’une A.A.H. pour déposer une demande de complément de ressources à l’A.A.H. ?

Oui, pour déposer une demande de complément de ressources à l’A.A.H., il faut déjà percevoir l’A.A.H. à taux plein. Toutefois son obtention est soumise à des conditions de ressources.

En savoir plus sur les conditions de ressources de la C.A.F. de l’Aube

Quelles sont les conditions de versement du complément de ressources à l’A.A.H. dans les cas d’existence d’une pension d’invalidité ou autres ?

Pour bénéficier du complément de ressources à l’A.A.H. vous devez :

  • avoir un taux d’incapacité d’au moins 80 %
  • et bénéficier de l’allocation adulte handicapé à taux plein ou en complément d’une pension de vieillesse, d’invalidité ou d’une rente accident du travail.

Le complément de ressources est attribué sur décision de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (C.D.A.P.H.), si vous réunissez toutes les conditions suivantes :

  • vous avez moins de 60 ans
  • vous avez une capacité de travail inférieur à 5 %
  • vous n’avez pas perçu de revenus professionnels depuis au moins un an et n’exercez pas d’activité professionnelle
  • vous disposez d’un logement indépendant.

Pour connaître le montant du complément de ressources à l’A.A.H., consultez la fiche montant prestations

Pour en savoir plus sur le complément de ressources


Allocation aux Adultes Handicapés (A.A.H.)
et autres ressources

Puis-je cumuler l’A.A.H. avec un salaire/une retraite ?

Oui, les personnes handicapées qui travaillent peuvent désormais cumuler leur A.A.H. avec un revenu d’activité jusqu’à 115 % du SMIC. Il en est de même pour les personnes retraitées et bénéficiaires de l’A.A.H. qui peuvent prétendre à ce cumul sous conditions de ressources du ménage.

En savoir plus sur les plafonds de ressources de la CAF de l’Aube

Puis-je cumuler le revenu de solidarité active (R.S.A.) et l’A.A.H. ?

Non, vous ne pourrez pas cumuler le revenu de solidarité active (R.S.A.) et l’A.A.H. car le montant de cette dernière est plus élevé que le plafond du R.S.A. Par conséquent, il serait plus avantageux d’opter pour le maintien de l’A.A.H.


Suite à un accord d’allocation (A.E.E.H., A.A.H., ...), quelles démarches dois-je effectuer pour obtenir le paiement ?

La M.D.P.H. se charge d’adresser une copie de la notification à l’organisme payeur concerné. Ce dernier vous demandera si besoin des justificatifs complémentaires pour vérifier les conditions de ressources et permettre le paiement le cas échéant.

Je perçois une allocation et je suis hospitalisé, que dois-je faire ?

Si vous percevez une allocation (A.E.E.H., A.A.H., ... ), vous devez prévenir l’organisme payeur des prestations sociales (C.A.F., M.S.A.) qui est chargé de vérifier les conditions administratives et financières du droit. Il en est de même pour tout changement administratif (situation familiale, situation financière,…).